PARTIE III: LA FIN DE L’UNIVERS CONCENTRATIONNAIRE ET L’ÉCROULEMENT DU IIIe REICH (HIVER-PRINTEMPS 1944-1945)


PARTIE III:

LA FIN DE L'UNIVERS CONCENTRATIONNAIRE
ET
L'ÉCROULEMENT DU IIIe REICH

(HIVER-PRINTEMPS 1944-1945)

 

Système concentrationnaire / Organisation

SS dans le camp

VIDÉO: "Il m'a fait faire du sport avec un manteau de fourrure", Jacques Altmann, Charles Naparstek

 

VIDÉO: "Ils ne pouvaient toucher aux femmes juives", Simone Veil

 

Triangles de couleurs

Prisonniers de fonction

VIDÉO: "À genoux, les bras en l'air tenant le tabouret", Madeleine Goldstein

 

VIDÉO: "Elles se font leur petite cuisine et nous on crève de faim", Liliane Esrail, Ida Grinspan, Léa Rohatyn

 

VIDÉO: "La blockova", Liliane Esrail, Ida Grinspan, Léa Rohatyn

 

VIDÉO: "Les privilégiés, c'était les criminels", Nathan Vanryb

 

Orchestre

VIDÉO: "Au Kommando de la musique, on avait des avantages", Violette Jacquet-Silberstein

 

VIDÉO: "C'est comme ça que j'ai été intégrée à l'orchestre", Violette Jacquet-Silberstein

 

Sadisme

VIDÉO: "Tout était fait pour nous humilier", Simone Veil

 

Système concentrationnaire / L'individu, son corps

Être concentrationnaire

Vécu quotidien

VIDÉO: "J'en avais marre de voir mes copines tomber à l’appel", Fanny Segal

 

VIDÉO: "On fait l'apprentissage de l'enfer", Charles Palant

 

VIDÉO: "Tu sais ma tête allait exploser", Fanny Segal

Le réveil

VIDÉO: "On nous réveillait à 4 heures du matin", Liliane Esrail, Ida Grinspan, Léa Rohatyn

 

VIDÉO: "« Aufstehen, debout, sortez ! »", Nathan Vanryb

 

L'appel

VIDÉO: "À l'appel, une amie enceinte s'évanouissait", Sarah Montard

 

VIDÉO: "Il fallait qu'ils comptent les vivants et les morts", Nathan Vanryb

 

VIDÉO: "L'appel, c'est un moment très très dur", Liliane Esrail, Ida Grinspan, Léa Rohatyn

 

Dans les blocs

VIDÉO: "Je me suis retrouvé tout en bas", Charles Baron

 

VIDÉO: "Le 3e niveau, c'était le plus aéré, le moins sale", Nathan Vanryb

 

VIDÉO: "On nous pousse sur une de ces coyas", Sarah Montard

 

VIDÉO: "Tout était plus facile lorsque vous étiez là-haut", Liliane Esrail, Ida Grinspan, Léa Rohatyn

 

VIDÉO: "Un tout petit peu de paille et une couverture", Nathan Vanryb

 

VIDÉO: "Ça s'appelle une Koya", Ginette Kolinka

 

La faim - la nourriture

VIDÉO: "Bouffer la saloperie qu'on nous donnait", Madeleine Goldstein

 

VIDÉO: "C'était immangeable", Denise Toros Marter

 

VIDÉO: "L'alimentation dans le camp", Henri Borlant

 

VIDÉO: "Les rations étant tellement, tellement maigres", Rosette Kottler

 

VIDÉO: "Rondelle de saucisson contre des épluchures", Ginette Kolinka

 

VIDÉO: "Une Ukrainienne me propose deux oignons", Liliane Esrail, Ida Grinspan, Léa Rohatyn

 

Le froid

VIDÉO: "On n'était absolument pas chaussés pour l'hiver", Liliane Esrail, Ida Grinspan, Léa Rohatyn

 

Les coups

VIDÉO: "C'était les coups qui commençaient", Sarah Montard

 

Les blessures

VIDÉO: "Je me suis coupée le doigt", Rosette Kottler

 

Violences sexuelles

VIDÉO: "Le Blockältester, les jeunes, il les violait", Nathan Vanryb

 

Le regard

VIDÉO: "Tu es trop jolie pour mourir ici", Simone Veil

 

Apparence de soi

VIDÉO: "On s'est même jamais vus dans une glace", Ginette Kolinka

 

Peurs et angoisses

VIDÉO: "J'avais très peur des chiens", Ida Grinspan, Léa Rohatyn

 

Indifférence émotionnelle

VIDÉO: "J'ai tout subi, je vivais comme un automate", Ginette Kolinka

 

Odeurs

VIDÉO: "Ça puait épouvantablement", Charles Baron

 

Règles féminines

VIDÉO: "On n'avait pas de règles", Liliane Esrail, Ida Grinspan, Léa Rohatyn

 

Hygiène

VIDÉO: "50 femmes alignées, c'était pas un beau spectacle", Liliane Esrail, Ida Grinspan, Léa Rohatyn

 

VIDÉO: "C'était dérisoire comme toilette", Liliane Esrail, Ida Grinspan

 

VIDÉO: "Ici nous sommes dans un endroit où c'était le plus dégradant", Ida Grinspan, Liliane Esrail

 

VIDÉO: "Les excréments coulaient entre les interstices des planches", Nathan Vanryb

 

VIDÉO: "Les trois mois à Birkenau, je ne me suis pas lavé", Nathan Vanryb

 

VIDÉO: "Tout cela se passait dans une saleté repoussante", Liliane Esrail

 

VIDÉO: "Y avait pas de papier, y avait rien", Liliane Esrail, Ida Grinspan, Léa Rohatyn

 

Le revier

VIDÉO: "Au revier, il y avait deux pommades", Liliane Esrail

 

VIDÉO: "On m'admet au « revier »", Violette Jacquet-Silberstein

 

VIDÉO: "On va au block des galeuses", Madeleine Goldstein

Conditions mortifères

VIDÉO: "C'était dans la règle de mourir ici", Charles Baron

 

VIDÉO: "J'ai échappé au scorbut", Sarah Montard

 

Épuisement des êtres

VIDÉO: "On n'avait qu'une hâte, c'est de s'allonger", Nathan Vanryb

 

VIDÉO: "On était debout toute la journée", Liliane Esrail

 

Enfants - nourissons

Situations concentrationnaires / Relations interpersonnelles

Origines et nationalités

VIDÉO: "Dans tous les kommandos, toutes les nationalités se regroupaient", Liliane Esrail

 

VIDÉO: "Dans un block, il y a toutes les nationalités", Liliane Esrail, Ida Grinspan

 

VIDÉO: "Les Français à Birkenau", Simon Gutman

 

Prisonniers de fonction

VIDÉO: "Comme des grenouilles, il fallait sauter", Nathan Vanryb

 

Dimension familiale

Dureté relationnelle

Solidarité

VIDÉO: "C'était extraordinaire d'avoir deux robes convenables", Simone Veil

 

VIDÉO: "Elle me soignait comme si j'étais sa propre fille", Yvette Levy

 

VIDÉO: "Essayer de sauver le maximum de jeunes femmes", Jacques Altmann, Charles Naparstek

 

VIDÉO: "J'étais punie, il m'a lancé une part de pain", Liliane Esrail, Ida Grinspan, Léa Rohatyn

 

VIDÉO: "J'étais vraiment très élégante", Ginette Kolinka

 

VIDÉO: "Le pantalon m'a aidé à tenir le choc", Ginette Kolinka

 

VIDÉO: "Nous sommes des soeurs de misère", Liliane Esrail, Ida Grinspan, Léa Rohatyn

 

VIDÉO: "On s'est tout de suite attachées les unes aux autres", Liliane Esrail, Ida Grinspan, Léa Rohatyn

 

VIDÉO: "À Auschwitz-Birkenau, une amie s'est occupée de moi", Bojczyk Guta

 

Troc dans le camp

VIDÉO: "Marché au troc", Ginette Kolinka

 

VIDÉO: "Pour le Troc, on dit « Organiser »", Rosa Bleckmans

 

Situation concentrationnaire / Des résistances

Tenir le choc

VIDÉO: "Il fallait vivre avec l'espoir de s'en sortir", Liliane Esrail, Ida Grinspan, Léa Rohatyn

 

VIDÉO: "Il n'y avait pas de loi pour la survie", Ginette Kolinka

 

VIDÉO: "Il n'y avait pas de résistance. Quelle résistance ?", Violette Jacquet Silberstein

 

VIDÉO: "La pensée des bons moments vous détruit", Liliane Esrail

 

VIDÉO: "On savait qu'on n'était pas là pour rien", Madeleine Goldstein

 

Résistance intellectuelle

Manifestations de résistance

Situations concentrationnaires / Persécutions et assassinats dans les camps de concentration

Châtiments

VIDÉO: "C'était le jour de Yom Kippour", Sarah Montard

Des évacuations aux libérations / Automne 1944 - Printemps 1945

Marches et trains de la mort

VIDÉO: "A l'issue des Marches de la mort : les poux et la grangrène", Léon Zyguel

 

 

VIDÉO: "A la fin, le convoi était tapissé de morts", Jean Le Bris

 

 

VIDÉO: "A Theresienstadt, arrivaient aussi des déportés juifs d'autres camps", Nathan Vanryb

 

 

VIDÉO: "A Trobïtz", Albert Bigielman, Paulette Widawski Gellé, Rosette Widawski Doncourt

 

 

VIDÉO: "Durant le transfert vers Buchenwald, il s'est levé, il a été abattu", Marcel Petit

 

 

VIDÉO: "Il fallait faire un pas devant l'autre", Jacqueline Fleury

 

 

VIDÉO: "Il nous fallait enlever les morts pour avoir les vivants", Floréal Barrier

 

 

VIDÉO: "Ils n'avaient jamais vu des femmes dans un tel état", Jacqueline Fleury

 

 

VIDÉO: "Ils organisent l'évacuation du camp le 18 janvier 1945", Charles Palant

 

 

VIDÉO: "J'ai dit à ma mère : « laisse-moi là »", Victor Perahia

 

 

VIDÉO: "J'ai marché quinze heures", Bertrand Herz

 

 

VIDÉO: "J'étais dans le coma durant six semaines", Albert Bigielman, Paulette Widawski Gellé, Rosette Widawski Doncourt

 

 

VIDÉO: "Je me suis évadée", Sophie Rolbant

 

 

VIDÉO: "Je n'en pouvais plus et il m'a aidé", Roger Valid

 

 

VIDÉO: "L'arrivée de ceux d'Auschwitz, plus le froid et le typhus", Victor Perahia, Denise Binbad-Schumann

 

 

VIDÉO: "La longue évacuation de Wilhelmshaven", Eugène Le Caignec

 

 

VIDÉO: "Le 18 janvier 1945", André Berkover

 

 

VIDÉO: "Le 18 janvier, on nous annonce que l'on part", Sarah Montard, Ida Grinspan, Raphaël Esrail, Liliane Esrail

 

 

VIDÉO: "Le 19 janvier, on nous met à marcher dans la neige, le soir", Élie Buzyn

 

 

VIDÉO: "Le curé me dit « Lève toi, Lève toi ! »", Christian Dessaux

 

 

VIDÉO: "Le marchand de bestiaux vient chercher ses esclaves", Suzanne Falk

 

 

VIDÉO: "Notre convoi a été libéré près de Tröbitz", Léon Placek

 

 

VIDÉO: "Nous sommes arrivés le 20 janvier 1945 à Buchenwald", Armand (Aron) Bulwa

 

 

VIDÉO: "Nous sommes partis à pied", Lucien Hirth

 

 

VIDÉO: "On nous a emmenés au camp de Lobositz, en Tchécoslovaquie", Nathan Vanryb

 

 

VIDÉO: "Tous ceux qui ne pouvait pas marcher étaient abattus par les SS", Sam Braun

 

 

VIDÉO: "Tout était désorganisé à Ravensbrück", Ida Grinspan

 

 

VIDÉO: "Un matin on se réveille, les Allemands étaient partis", Robert Frances

 

 

VIDÉO: "« Les Américains sont dans la région vous pouvez partir »", Robert Frances

 

Bateau de la mort

VIDÉO: "On nous a précipités dans les cales", Lucien Hirth

Des évacuations aux libérations / Automne 1944 - Printemps 1945

Bombardements alliés et alertes

VIDÉO: "Comme des milliers de bourdons au-dessus de nous", Léon Zyguel

 

 

VIDÉO: "En sortant du trou, j'ai vu le carnage", Marcel Petit

 

 

VIDÉO: "Le moment terrible des alertes de nuit", Jean Rousseau

 

 

VIDÉO: "Les alertes étaient destinées à empêcher les évasions", Robert Pinçon

 

 

VIDÉO: "Les bombardements furent d'une extrême intensité", Guy Chataigne

 

Derniers jours- chaos

VIDÉO: "À Malchow, c'est l'épuisement total", Nadine Heftler

 

 

VIDÉO: "A Sandbostel, nous avons connu l'innommable", Jean Le Bris

 

 

VIDÉO: "Au Jugenlager", Nadine Heftler

 

 

VIDÉO: "Dans le petit camp, il y avait beaucoup de morts", Gaston Viens

 

 

VIDÉO: "Des Américains et des Soviétiques dans la cours de la ferme", Nadine Heftler

 

 

VIDÉO: "Et cette musique m'a accompagné jusqu'à la fin", Jean Rousseau

 

 

VIDÉO: "J'étais dans un tel état, que je n'ai pas réalisé ma libération", Marcel Petit

 

 

VIDÉO: "Je n'étais pas transportable, je pesais 25-27 kilos", Marcel Petit

 

 

VIDÉO: "Le drame de la faim", Guy Chataigne

 

 

VIDÉO: "Les prisonniers de guerre ont voulu nous prendre en charge", Jean Le Bris

 

 

VIDÉO: "On nous ramène au camp de Buchenwald", Bertrand Hertz

 

 

VIDÉO: "Pendant six semaines, j'ai dormi", Victor Perahia

 

 

VIDÉO: "T'es jeune, on va te récupérer", Marcel Petit

 

 

VIDÉO: "Wanda", Ida Grinspan

 

Libération des camps

VIDÉO: "Après le 12 avril, je visite le camp", Bertrand Herz

 

 

VIDÉO: "Arrive le mois de janvier 1945 à Birkenau", Denise Toros Marter

 

 

VIDÉO: "Dès que le groupe a commencé à tirer, ils se sont tout de suite rendus", Gaston Viens

 

 

VIDÉO: "Entrée dans la résistance du camp", Léon Zyguel

 

 

VIDÉO: "Ils sont allés chercher les armes au moment de l'insurrection", Gaston Viens

 

 

VIDÉO: "Katowice - Odessa - Marseille", Étienne Caen

 

 

VIDÉO: "La Brigade Française d'Action Libératrice", Guy Ducoloné

 

 

VIDÉO: "La libération de Dachau arrive", Pierre Ducamp

 

 

VIDÉO: "Le 11 avril 1945, le soulèvement du camp", Lucien Chapelain

 

 

VIDÉO: "Le 11 avril 1945, tout se déclenche", Bertrand Herz

 

 

VIDÉO: "Le 18 janvier au matin, on parle d'évacuer le camp", Albert Grinholtz

 

 

VIDÉO: "Le 29 avril, vers midi, on a été libérés", Jean Le Bris

 

 

VIDÉO: "Le 9 mai, on était libres", Nathan Vanryb

 

 

VIDÉO: "Les Américains nous ont libérés, étonnés de voir cette masse de gens en si mauvais état", Yves Meyer

 

 

VIDÉO: "Mon mari était aussi dans un camp, à Dachau", Guta Bojczyk

 

 

VIDÉO: "Nous avons été libérés au camp d'Ohrdruf", Henri Borlant

 

 

VIDÉO: "Nous étions libres, au bout du rouleau", Bertrand Hertz

 

 

VIDÉO: "Quand les déportés ont pris conscience que le camp n'était plus gardé, ils sont sortis avec des armes", Élie Buzyn

 

 

VIDÉO: "Vers trois heures de l'après-midi, nous avons vu le camp se soulever", Armand (Aron) Bulwa